Association Montjoie

Histoire

1946, un camp de jeunes adultes près de Blandan (près de Neuville-sur-Sarthe). Ils sont une dizaine de scouts âgés de 20 à 25 ans, et les débats vont bon train. Tous s’interrogent sur le sens à donner à leur vie. Le choc de la guerre a remis en cause bien des valeurs traditionnelles. Ainsi, à l’heure de  la reconstruction du pays, les expériences nouvelles en faveur de la promotion des valeurs humaines  foisonnent : les communautés de travail, le mouvement des castors, Emmaüs, les mouvements familiaux …  L’enthousiasme du renouveau, la foi en des lendemains nécessairement plus heureux sont  propices pour se lancer dans des projets de vie originaux, avec l’objectif affiché de changer la société.
[ ] Ils réfléchissent et ils hésitent : sont-ils vraiment prêts à abandonner, leur travail pour les uns, leurs études pour les autres, leur famille pour tous ? [ ] Au final, il n’en restera que trois : Kathleen Marchal, Suzanne Laudin et Albert Feurprier, qui vont laisser derrière eux leur vie et leurs certitudes pour se lancer dans une expérience de vie peut-être sans avenir.

Mus par la volonté de servir l’utilité sociale en général et mettre en œuvre le respect de la personne et sa socialisation en particulier, Kathleen Marchal, Suzanne Laudun et Albert Feurprier, vite rejoints par un autre routier scout, Jean Marteau et sa fiancée, Geneviève Terrien, apporteront leur pierre à la construction d'une politique de "l'enfance inadaptée", orientée vers la rééducation et la réinsertion socio-professionnelle.
C'est ainsi qu'en août 1947 naît la Maison Familiale Montjoie … le début d'une très longue histoire dont nous vous invitons à découvrir les principales dates ... même si cela reste une approche quelque peu réductrice compte tenu de la richesse de l'histoire de l'Association.

La période 1947 - 2007 a été découpée en quatre grandes époques :

> le temps de la fondation (1947 - 1957)
> le temps professionnalisation (1958 - 1970)
> le temps de l'institutionnalisation (1971 - 1982)
> le temps des interrogations (1983 - 1993)
> le temps de la reconfiguration (1994 - 2007)

L'après 2007est en cours ...



1983

février : départ en retraite de M. Marteau, éducateur-chef puis directeur “historique” du Centre Educatif de Montjoie à Saint-Gervais-de-Vic (sur la photo, Jean Marteau dans les années 1960 lors d'un séjour en bord de mer).


1984

juin : M. Durand remplace Mme Doligé à la Présidence de l’Association

juillet : création de l’Association Promo-Jeunes (Journal Officiel du 2 aôut 1984) dont le Président est M. Saunier. L’objet de Promo-Jeunes  est la mise en oeuvre de toute action s’inscrivant dans le champ de l’économie sociale : ateliers de production de capteurs solaires (dans un premier temps au 143 rue Etienne  Falconnet au Mans, dans des locaux prêtés par la Direction Départementale de l’EducationSurveillée puis Bd Pierre Lefaucheux, à Arnage), puis kiosques à orange.

septembre : mise en oeuvre d’une nouvelle configuration pour Claircigny. L’établissement quitte les lieux communautaires du Bon Pasteur : l’internat est “éclaté” dans des maisons individuelles - Béner, Liberté, Arcole, Degré et Sainte-Pavace -, afin de  permettre la constitution de groupes de vie avec chacun une équipe éducative et un maître de maison.
Le Service Educatif de Milieu Ouvert est maintenu rue de Londres à Coulaines. L’unité administrative est transférée au 293, rue Rhin et Danube. Seule, l’unité scolaire reste dans une partie des bâtiments de la Communauté, quai Ledru Rollin.


1986

janvier : Promo-jeunes double l’atelier capteur-solaire avec une activité menuserie et ouvre un atelier  “station auto service”.

juin : départ en retraite de M. Feurprier, directeur de l’Association Montjoie (depuis 1950) et co-fondateur de Montjoie. Il est remplacé par Joël Tilleul.

1988

janvier : convention entre Montjoie et AIDE 72 pour la prise en charge, à titre expérimental, par un service de Claircigny de l’hébergement et le suivi de personnes en situation de grande détresse (prostitution, drogue).

septembre : suite à un épisode de violences graves, la Maison de Ste-Pavace de Claircigny ferme.

octobre : inauguration du Centre d’accueil et de Formation Montjoie (CAFM), qui se substitue - à titre  d’expérimentation - à l’unité scolaire de Claircigny avec un double objectif :   la prévention de la délinquance et l’insertion sociale d’une part, la formation professionnelle d’autre part. Dans le cadre de ce second axe, le CAFM se rapproche de Promo-Jeunes.


1989

janvier : création d’une nouvelle activité au sein de Promo-jeunes ; Espace 72, entreprise d’insertion de propreté.

août : un jeune du Service de Placement Familial Spécialisé déclenche un incendie dans les entrepôt de l’entreprise Socamaine. Cet acte posant la question de la responsabilité du “gardien” à l’égard d’un jeune sous le coup d’une mesure  exercée par un service du Ministère de la Justice, c’est le début d’un feuilleton judiciaire qui durera plus de 20 ans.



1990

septembre : Claircigny devient ETEM, Etablissement Thérapeutique et Educatif Montjoie.Il est doublement habilité (protection administrative et protection judiciaire. Avec l’ouverture de la Bertinière (en remplacement de la maion de Degré), l’ETEM développe l’accueil immédiat d’enfants et fratries de 6 à 14 ans et accède ainsi à la mixité  (l’ancien agrément était pour des jeunes filles de 12 à 20 ans).


1991

juin : l’Association connaît l’agitation sociale la plus longue de son histoire. Ce mouvement, initié et porté par  le Placement Familial Spécialisé a finalement touché la plupart des établissements Montjoie.

décembre : un atelier de menuiserie de Promo-jeunes devient une entreprise d’insertion Actibat, qui étend parallèlement ses activités au second oeuvre en bâtiment. Parallèlement, les activités de formation continue de Promo-jeunes sont regroupées au sein de Promodève.


1992

novembre : mouvement social au Service de Placement Familial Spécialisé ; il crée de telles tensions au sein du Bureau qu’il provoque la démission de cinq administrateurs, dont celle du Président, M. Grandier.

décembre : le Service de Placement Familial Spécialisé est au coeur d’une  affaire pénale, qui aura des répercussions nationales. Le PFS échappera à la fermeture mais pas à une totale restructuration : nouveaux locaux,  nouveau nom, nouvelle organisation, nouvelle équipe et nouvelle direction.


1993

juin : M. d’Allard devient Président de Montjoie

28  juin : inauguration du Foyer ETAPES, ETablissement d’Action Psycho-Educatives et Sociales, nouvelle appellation du Foyer
de semi-liberté désormais implanté rue des Palmiers au Mans.


Association Montjoie
Association loi 1901 créée en 1947 - Reconnue d'Intérêt Général
© Copyright 2004-2018
Mentions légales https://www.montjoie.asso.fr/index.php?page=mentions-legales
75 Boulevard Lamartine - 72000 Le Mans
Tél. 02 43 47 00 30 - Fax 02 43 47 00 39
https://www.montjoie.asso.fr

Imprimé le 21/09/2018 à 03:43:39 CEST