Association Montjoie



700 professionnels s'engagent au quotidien
dans les domaines d'intervention de Montjoie :


  • Protection de l'enfance et actions en faveur de la parentalité
  • Insertion par le logement et inclusion sociale
  • Insertion socio-professionnelle
  • Santé


en faveur de jeunes et d'adultes en difficulté

UN PEU D'HISTOIRE : MONTJOIE EN 2002

mai :  le CAFM devient le Centre Educatif de Jour Montjoie. L’organisation n’est plus pensée en termes de classes mais d’ateliers thématiques permettant d’offrir des “réponses rythmiques “ en fonction de la situation des jeunes.

juin : le conseil d’administration valide le projet de “l’éclatement” du Foyer Etapes en unité polyvalente à hébergements diversifiés : 1 seul groupe de 12 jeunes dans un foyer, 6 groupes en maison, 4 lieux de vie et 4 en hébergement de type chambres ou studios (les autorités n’accepteront le projet qu’en novembre 2006).

septembre :  première implantation de Montjoie hors de Sarthe. L’Unité Polyvalente d’Action Sociale accueille ses premiers jeunes dans un foyer provisoire à Saint-Pierre-des Corps.

septembre : transformation de l’école publique du Centre Educatif Scolaire Montjoie en école privée, et ce, afin d’assurer une meilleure continuité de l’action éducative et l’intégration des instituteurs dans la durée.

décembre : ouverture du Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile au 10, rue Beauverger au Mans. Le CADA est alors agréé pour 20 places soit une quinzaine de familles issues à la fois du dispositif local (hôtels du Mans) et du dispositif national.



INFOS - ACTU

26/09/2016
Catégorie : Pôle Enfance Famille Indre-et-Loire
Posté par : squaggio

Adrien, Léo, Céleste, Maciré, Florian, Sandrine et Bryan, sept jeunes du Centre Educatif de Jour Montjoie de Saint Cyr Sur Loire ont participé  au concours  international littéraire organisé par l’Association « Arts et Lettres de France ».
Ce travail collectif leur a permis de remporter le 3ème prix dans la catégorie « Nouvelles ».

 

 

22/07/2016
Catégorie : Pôle établissements à encadrement renforcé
Posté par : squaggio
Chaque été, les ronds-points de la ville de L'Aigle sont fleuris et décorés selon un thème. Après l'Espagne, c'est sur le thème du Canada que celui de la piscine est décoré.
Plusieurs jeunes du centre éducatif fermé de Sainte-Gauburge ont réalisé un ours de trois mètres de haut, d'acier et grillage, habillé de 15 000 à 17 000 noeuds de ficelle de lieuse.
Cet ours a été préparé par six jeunes du centre dans l'atelier sculpture, avec Didier Deret, sculpteur dans la Sarthe et Stéphane Courcol, enseignant spécialisé.


31/05/2016
Catégorie : Pôle Enfance Famille Sarthe
Posté par : squaggio

18/03/2016
Catégorie : NewsSite
Posté par : squaggio

La présence de Monsieur MONNOT a permis de faire le lien avec le travail réalisé le 2 mars dernier puisqu’il y était présent. C’est en effet le 2 mars que Monsieur ROBIN Président de l’association a présenté les valeurs auxquelles le bureau de Montjoie a longuement réfléchi.

Monsieur LABZAE qui rappelle que les valeurs de l’association Montjoie s’amarrent naturellement mais solidement à celles qui nous permettent de vivre ensemble à savoir : Liberté, Egalité, Fraternité, invite l’ensemble des salariés à débattre à propos des valeurs que Montjoie reprécise pour chacun de ses associés et ou ses salariés.

Après une présentation détaillée à partir du document utilisé lors du séminaire des cadres, un riche débat s’instaure entre salariés et administrateurs.

Monsieur MONNOT affiche une réelle volonté d’écoute et de soutien des salariés de Montjoie. Il exprime sa satisfaction quant à l’intérêt que les cadres ont porté à ce travail. Il constate la même implication chez les salariés du Centre Educatif Fermé La Rouvellière.

Tout au long de cet échange les administrateurs donnent des exemples de projets concrets qui ont vu le jour à Montjoie et qui affirment la détermination de l’association dans la défense de ces valeurs.

Pour clore le débat, Madame STREE demande aux salariés, forts d’une expérience d’une dizaine d’années dans la prise en charge des mineurs en délicatesse avec la Loi, ce qu’ils proposeraient si une telle structure venait à fermer ses portes définitivement.

Certains salariés rappellent tout d’abord les projets construits en commun avec d’autres équipes d’établissements appartenant à Montjoie. Les ‘dégagements’ pour des jeunes mineurs en situation de crise et dont la prise en charge de « face à face » est nécessaire ont été cités. De même l’instauration d’une journée de rencontre musicale annuelle à l’initiative d’un éducateur du CEF et d’une maitresse de maison de l’E.T.E.M a été rapportée.

Les propositions en termes de projets d’avenir visaient essentiellement une prise en charge de soins dans le sens de la définition de la santé mentale selon l’OMS : « un état de complet bien-être physique, mental et social, et [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». C’est un accompagnement qui pourrait être couplé à une pédagogie de la vie quotidienne essentiellement centrée sur la culture en général et les arts plastiques en particulier. L’objectif serait de renforcer les compétences scolaires et procédurales par une éducation artistique désirée et non imposée comme l’est celle au sein du CEF actuellement.

Madame STREE prend note et fait part avec Monsieur MONNOT de la volonté de l’association d’investir le champ de l’innovation et de la créativité. Ils rappellent également la proche mise en place d’ateliers transversaux destinés à l’ensemble des salariés.

Une éducatrice émet le souhait de rencontrer d’autres salariés de Montjoie dans un cadre festif. Elle note à ce propos que les seuls moments où des salariés de Montjoie se croisent c’est lors de la séance du « cirque » à l’occasion de la période de Noël, et de ça aussi Madame STREE a bien pris note.

Album photos :

Un débat s’installe après la présentation des valeurs et du projet associatifs par le Directeur du CEF

 

 

 

 

 



A l’écoute des propositions des salariés quant à de nouvelles prises en charge des mineurs.

 

 

 

 



Photos souvenir pour clore ce temps de travail partagé entre salariés du CEF et administrateurs

18/03/2016
Catégorie : Pôle établissements à encadrement renforcé
Posté par : squaggio

Ainsi le 13 novembre 2015, lorsque la France a vécu son traumatisme lié à la perte d’une jeunesse insouciante qui avait fait le choix de de vivre un instant dans la joie et que des terroristes ont obscurcie sauvagement, le Centre Educatif Fermé et ses occupants, transis par l’angoisse se sont figés par la même sidération que la très grande majorité des citoyens français.

Le 16 novembre 2015, après la minute de silence nationale, nous nous sommes réunis pour aborder ce qui s'est passé le soir de 13 novembre. La parole tremblante par l’émotion qui régnait marquée par une tristesse profonde qui se lisait sur l’ensemble des visages jeunes et adultes.

Les propos étaient gauches et les discours hésitants. Que dire après un tel drame, que penser après tant de morts. « Ceux qui ont fait ça c’est des salauds » disait Rémi dix-sept ans, "c’est des fous" rétorquait Albert. « C’est des gens comme nous » renchérit Kévin. Nos semblables en somme ! L’humains est particulier, l’humain est terrible, l’humain est incompréhensible ! C’est là le travail que nous menons tous, prend son sens. Luter contre ce genre d’agissement et accompagner nos jeunes vers un autre avenir que celui la détresse, de la misère, de la radicalisation.

Il faillait que parole se libère mais que silence règne également pour un long moment. Le silence qu’il fallait respecter et qui pouvait en d’autre temps « stressait » la plupart des occupants du CEF, semblait permettre ce jour là, les retrouvailles avec les autres mais également avec soi même.

Au bout de quelques heures entre paroles et silence, entre expression de haine et tentatives d’envie de comprendre, entre volonté de vengeance et expression de malaise, il fallait conclure. Conclure mais ne pas oublier.

La décision s’imposait d’elle-même.

Trois jeunes, une éducatrice, la psychologue et le directeur se retrouvent place de République à Paris le 28 novembre 2015 pour déposer chacun une bougie, signe de compassion et de souvenir au nom de tous les occupants du CEF, jeunes et adultes.

Pour marquer à jamais cet évènement, le directeur avait soumis à l’ensemble des personnes présentes l’idée de l'achat d’un drapeau français. Idée acceptée par l’ensemble des salariés et des jeunes.

Le drapeau livré début février, vient d'être mis en place et flotte désormais sur le Centre Educatif Fermé La Rouvellière. L’ensemble des salariés en service et les jeunes ont assisté à cette cérémonie le 10 février dernier.

Pour que cet évènement du 13 novembre 2015 ne soit jamais oublié, un contact sera pris avec la fanfare de la ville d’Allonnes pour que la Marseillaise soit claironnée au sein du CEF tous les ans, au alentours cette triste date du 13 novembre 2015.

Ne soyez donc pas surpris si vous venez au CEF de ce drapeau qui signe notre appartenance à une patrie et également à nos souvenir de bonheur comme de malheur.

M.LABZAE
Allonnes, le 8 mars 2016

ACCES DIRECT

Association Montjoie
Association loi 1901 créée en 1947 - Reconnue d'Intérêt Général
© Copyright 2004-2016
Mentions légales http://www.montjoie.asso.fr/index.php?page=mentions-legales
75 Boulevard Lamartine - 72000 Le Mans
Tél. 02 43 47 00 30 - Fax 02 43 47 00 39
http://www.montjoie.asso.fr

Imprimé le 11/12/2016 à 12:45:44 CET